14 juin 2016

Là où tombent les anges

BOUSQUET, Charlotte. - Là où tombent les anges. - Gulf Stream Editions (09/2015)

Seconde et +

amour - condition féminine - émancipation - première guerre mondiale

Là où tombent les anges par BousquetA l’aube de la première guerre mondiale, avec des rêves plein la tête fuyant un père violent Solange quitte son village et arriveà Paris chez son amie Lili. Alors que Lili chante en rêvant de devenir célèbre, Solange plus timide travaille dans un atelier de broderie. Le dimanche les deux amies vont danser dans les guinguettes. Solange y fait la connaissance de Robert et se marie. Rapidement Robert se révèle être violent. Lorsqu’il part au front, Solange s’occupe de la vieille tante et découvre aussi un monde sans homme où les rêves d’indépendance, de travaille trouvent enfin leur place.

Très beau roman sur l’évolution de la place de la femme, la première guerre mondiale et l’amitié

Emancipation de la femme, première guerre mondiale. France . amitié.

Marion Lallemand, Documentaliste "Itinérante" 89

 

Posté par colalg à 08:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Janis est folle

KA; Olivier. - Janis est folle. – Editions du Rouergue (2015)

Seconde et +

adolescence - folie - road movie - relation mère fils

Janis est folle par Ka

 Janis et son fils Titouan vivent en marge. Au volant de sa volvo, Janis et Titouan parcourent les routes. Plus d’école, pas d’attache, ils ne restent jamais plus de 3 mois à chaque endroit. Jusqu’au jour où leur départ prend l’allure d’une fuite. Janis a mis le feu au petit deux pièces avant de partir, Ils n’ont plus d’argent et sont obligés de voler. Il a toujours jusqu'à présent réussit à rassurer et protéger sa mère, Il est le seul à la comprendre ! Mais là quelque chose lui échappe. Quel secret cache-t-elle ?

 Très beau roman sur les relations fusionnelles, la marginalité, la liberté.

 Marion Lallemand, documentaliste "itinérante"

Posté par colalg à 08:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 juin 2016

Douze ans, sept mois et onze jours

MURAIL, Lorris. - Douze ans, sept mois et onze jours. - Pocket Jeunesse, 2015. - ISBN 978-2-266-25354-3 :  13,90 €

3ème / Lycée

Huit-clos - vengeance - apprentissage -  relation père fils -

Afficher l'image d'origineJack Stephenson, est le stéréotype même de l'Américain moyen pour qui un homme « doit être fort, savoir tirer à la carabine, pêcher et embrasser une fille ». Fidèle à l'image qu'il se fait de la virilité, il entretient deux passions, le base-ball et sa voiture, une Chevrolet Impala SS de 1995 et ne peut cacher sa déception à l'encontre de son fils, Walden, un garçon de douze ans, sensible, peu enclin à manier les armes ou la batte de base-ball. Pour répondre à ses attentes et faire de son fils un homme au sens où il l'entend, Jack décide de l'abandonner en plein coeur de la forêt du Maine, dans une cabane avec quelques provisions et éléments indispensables à sa survie, des conditons en quelque sorte semblables à celles de Thoreau, qui avait retracé une semblable expérience, loin de toute forme de civilisation, dans deux livres prisés par Jack Stephenson. D'abord incrédule, Walden ne peut croire son père qui lui annonce qu'il ne reviendra que dans une semaine, lorsque son fils aura atteint précisément l'âge de douze ans, sept mois et onze jours. Chaque jour, Walden va donc inscrire son âge sur un morceau de bois ou toute sorte de chose et ne comprendre que bien plus tard pourquoi ce décompte est si important aux yeux de son père, qui derrière son apparence brutale veut protéger son fils et le soustraire à une vengeance née d'une terrible erreur passée.

Un livre remarquablement construit, qui nous tient en haleine, et ne dévoile sa vérité qu'à la fin. Même l'évolution de Walden, seul en plein coeur de la forêt n'est pas tout à fait celle à laquelle on s'attend et le retournement de situation le plus remarquable est celui de son père, dont le lourd passé, au coeur même du livre, nous le montre sous un jour totalement différent. A croire que la différenciation entre bons et méchants n'est pas tracée aussi nettement qu'on ne le voudrait.

Joelle Dupré, documentaliste collège Paul Bert Auxerre

Posté par colalg à 11:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,