WHALEY, John Corey. – Phobie douce. – Casterman, 2017. – 312 p. ; 22cm. – ISBN 9782203122192 : 16 €

Phobie douce par John Corey Whaleyphobie – agoraphobie – amitié – mensonge. Solomon est atteint d’une forme grave d’agoraphobie et d’angoisse. Il vit complètement retiré du monde dans sa maison depuis plus de trois années. Lisa quant à elle, se sent complètement enfermé dans la ville d’Upland, qu’elle veut absolument quitter. Ce qui l’amène à échafauder un plan totalement incongru : monter un dossier d’étude psychologique sur cet ancien élève de son collège qui a disparu de l’école après s’être jeté dans la fontaine de l’établissement. Cette analyse qu’elle considère déjà comme absolument géniale lui permettra d’intégrer la meilleure faculté de  psychologie de l’état. Lisa, élève brillante, hyperactive, fonceuse n’a en effet aucun doute envers ses capacités d’obtenir ce qu’elle veut. C’est ainsi qu’elle parvient, contre toute attente, à entrer en contact avec  ce garçon solitaire et reclus, lui apportant petit à petit une ouverture vers un monde qu’il redoute et de nouveaux contacts en la personne de son propre petit ami. Mais une relation basée sur le mensonge a tôt fait d’apporter certaines complications dans les relations humaines. Ce sujet très difficile des phobies, des angoisses morbides et aussi de l’homosexualité est traité ici avec beaucoup de délicatesse et un certain humour de circonstances de la part de Solomon. Très bon roman initiatique, à partir de la 4ème.

Danièle Boisson. Analyse parue conjointement dans la revue Inter CDI